10 mars 2008

Je t'en foutrais du Leap !!!

Ce matin, je me réveille en sursaut. Je jette un regard rapide sur le radio-réveil : 7h07 !!! Mar de deù, il ne me reste que 13 minutes pour la douche, le rasage, le repassage d'uniforme et le trajet pour arriver a l'école et signer la feuille de présence à l'office. Mission impossible... Tant pis pour l'haleine fraiche du matin, je fonce illico presto dans la voiture après avoir enfilé la pile d'habits qui trainait par là. Purée quand je pense que ce genre d'évènement ne m'était plus arrivé depuis les années-collège. Mais c'est certainement la faute du passage à l'heure d'été qui a eu lieu ce week-end. En plus, c'était le seul jour de l'année où il ne fallait surtout pas être en retard : la semaine des tests Leap !!!

Leap, kezako ?!? Ah oui, ca veut dire Louisiana Educational Assessment Program. Attention, c'est qu'on ne rigole pas avec ça. Ce sont des tests standardisés à l'échelle de l'état qui régulent toute l'année scolaire des écoles. En gros, dans le genre Mission Impossible, on a 9 mois (d'aout a mars) pour foncer comme des dingues et survoler faire ingurgiter un programme de malade à ces chères têtes blondes ! C'est normal depuis le No Child Left Behind Act (2001) de George W. Bush, les écoles et le profs notamment sont tenus pour responsables du "savoir" de leurs élèves. Concrètement, ça se traduit comment ? Ben, les écoles qui ont les meilleurs résultats au Leap ont l'année suivant de meilleurs moyens grâce à une dotation financière plus conséquente ! Cercle vicieux ??? Injuste, ben non bandes de communistes que vous êtes, vous n'y comprenez rien, c'est la loi du marché ! Il faut gérer l'école comme une entreprise : (les faire) travailler plus pour... euh... pour que l'école gagne plus, voyons ! Ah et puis, comme mon école est une magnet school, on a aussi le droit de sélectionner qui on prend et qui on ne prend pas ! (Comme quoi, il n'y a pas qu'au soccer que la sélection existe !!!). Faut pas déconner non plus, faudrait pas que des mauvais éléments nous fassent chuter nos résultats au Leap!

Bref, après ce début de journée carambolesque, me voila maintenant assigné à surveiller le couloir. Au cas où un intrus arriverait comme une furie en courant. Que devrais-je faire? Le faire taire pour ne pas déranger la marmaille en pleine concentration ou alors le plaquer comme Chabal ?Et puis quand même, j'ai une mission de la plus haute importance : je suis en charge de surveiller les sacs à dos au cas où un téléphone portable se mettrait à sonner. Parce que sinon, il faudrait recommencer toute la session d'exams et ca coute $350 par tete, soi-disant ! Et interdiction formelle pour moi d'utiliser un ordinateur portable. Violation #23 du testing-code. Ben oui quoi, je pourrais envoyer les questions par email ! A qui ? Peu importe !!! Je suis donc condamné à rester pendant 2h45 dans ce couloir glacial sur une chaise d'élève (inconfortable et complètement inadapté à ma taille : j'ai les genoux qui touchent le menton ! ). Franchement, les surveillances de brevet à coté de ça, c'était de la rigolade !!!

Allez, j'arrête de me plaindre. Plus que 4 sessions de 3h cette semaine! Je ne suis pas malheureux non plus. Au moins ça me laisse le temps d'écrire les brouillons de mes prochains articles pour le blog...

4 commentaires:

Alison a dit…

Quand j'étais gosse, on avait des tests standardisés tous les quelques années...peut-être en 4th, 7th, et 10th grades?

Il me semble que NCLB est une cata, mais qu'est-ce que j'en sais? Je n'ai été prof qu'en France, qui a ses propres problèmes.

Bon courage pour le reste de la semaine !

Céline a dit…

tu as oublie de preciser pourquoi tous les french teachers etaient punis et de surveillance de couloir dans toutes les ecoles...
dans mon ecole les couloirs n'en sont pas, les profs font la surveillance dehors... sympa avec la pluie!
bon courage!

Louise a dit…

j'espere que cette semaine va passer tres vite pour toi
finalement c'est plus cool à aurillac ? !!!!
biz

Anonyme a dit…

The No Child Left Behind Act was not Bush's brainchild. (In fact, no legislative act is ever the work of a president, since Congress sets the legislative agenda. A president has the power to sign or veto a bill after it's passed by both houses of Congress, but he (she) cannot initiate legislation.)

NCLB was actually a bipartisan (Ted Kennedy was its co-sponsor) renewal of the 1994 education act, which itself was a renewal of the 1987 act, and so on. Each renewal has been passed with strong bipartisan support, and each has strengthened the role of the federal government in the area of education.

NCLB is certain to be renewed this year, and it will again receive support from both parties. (It has to, since Congress is controlled by the Democrats and the presidency is controlled by Republicans.) There is a general consensus that the American education should become more standardized at the national level. (Currently, despite the passage of the series of education bills, education is still largely the responsibility of the individual states.)